Combien d’ancêtres avez-vous ?

| | Combien d’ancêtres avez-vous ?
  • Si nous devons multiplier par deux, à chaque génération, le nombre d'ancêtres que nous avons, nous atteindrons un nombre d'ancêtres supérieur au nombre d'humains vivant sur terre. Alors, comment expliquer cette anomalie statistique ?

Combien d’ancêtres avez-vous ?

Combien d’ancêtres directs avons-nous ? Vous avez peut-être entendu que tous les européens sont les descendants de Charlemagne ou que 86 % des anglais ont des ancêtres parmi les gens vivant à l’époque de Guillaume le conquérant ? Mais si nous multiplions par deux le nombre d’ancêtres à chaque génération, nous obtenons plus d’ancêtres que d’humains vivants !

Estimation théorique du nombre d’ancêtres que chacun d’entre nous a.

Une explosion d’ancêtres directs ?

La réponse à la question de connaître notre nombre d’ancêtres peut paraître assez simple. Après tout, il s’agit juste d’une question de mathématiques. Nous avons deux parents, quatre grand-parents, 8 arrière grand-parents et 16 arrière arrière grand-parents. Le nombre de nos ancêtres double à chaque génération. Les ancêtres forment une pyramide au sommet de laquelle vous vous trouvez.

Après 10 générations, vous devriez avoir eu 1 024 ancêtres. Si vous êtes né(e) en 1947, et que la génération moyenne est de 30 ans (la moyenne d’âge entre le premier et le dernier enfant), alors 10 générations nous mènent jusqu’au XVIIe siècle avec 2 045 ancêtres directs. A 20 générations, vers le milieu du XIVe siècle, cela représenterait presque 40 % de la totalité de la population anglaise de 3 000 000 de personnes, avec 1 048 576 ancêtres directs.

A l’époque de la conquête normande en 1066, cela représenterait 1,1 milliard d’ancêtres. Or la population totale du monde au XIe siècle est estimé entre 250 à 300 millions !

Donc, le nombre de nos ancêtres directs ne peut pas avoir doublé de génération en génération de façon exponentielle alors que nous remontons dans le temps. A certaines époques, l’humanité a même failli disparaître. Il y a environ 70 000 ans, les scientifiques ont émis l’hypothèse que la population mondiale se limita à quelques centaines d’individus, après la catastrophe de Toba.

La première raison pour laquelle notre nombre d’ancêtres directs n’augmente pas est le nombre de mariages entre cousins. Ensuite, les migrations.

Les mariages entre cousins

© Wikipédia

De nos jours, les mariages entre cousins se sont raréfiés, mais cela n’était pas le cas dans le passé. Or, cela réduit considérablement le nombre d’ancêtres directs. Et quand nous parlons de cousins, il ne s’agit pas seulement de nos cousins germains, mais aussi de nos cousins au premier degré, au deuxième degré, et ainsi de suite, avec des mariages inter-générationnels avec des nièces, des petites-nièces, etc.

Dans le cas où vos propres parents étaient cousins germains, cela signifie qu’ils partagent deux grands-parents communs. Donc, au lieu d’avoir 8 grand-parents, vous en avez en fait que 6. Cela représente une réduction de 25 % du nombre de vos grands-parents, et à chaque génération suivante.

Si vos parents étaient cousins au premier degré, ils auraient en commun deux arrière arrière grands-parents. Vous n’auriez donc que 14 et non pas 16 arrière arrière grands-parents distincts. Cela représenterait une réduction du nombre d’ancêtres de 12,5 %.

Imaginons maintenant qua chacun de vos ancêtres a épousé un cousin au premier degré. Cela réduirait de 12,5 % ou d’1/8 le nombre d’ancêtres à chaque génération. Si tous vos grands-parents étaient cousins au premier degré, vous auriez 24 arrière arrière arrière grand-parents et non pas 28. Cela induirait une réduction de 96 % du nombre d’ancêtres possibles à l’époque de Guillaume le conquérant. Vous devriez donc avoir 4 356 616 ancêtres directs distincts vivants à cette époque, au lieu du milliard projeté. Cela est toujours cependant largement supérieur à la totalité de la population anglaise de cette époque.

Plutôt qu’une pyramide d’ancêtres, nous obtenons un diamant inversé, le nombre d’ancêtres distincts communs se restreignant dans le temps, du fait des mariages entre cousins, petits cousins, etc.

Les migrations

Avec cette logique numérique, au final, nous pourrions n’avoir que deux ancêtres communs, un « Adam » et une « Eve ». Mais en fait, lors de tout déplacement hors de leur lieu d’origine, toute migration, ou face à une nouvelle population s’installant dans leur région, la diversité du nombre d’ancêtres augmente.

Tant que les ancêtres demeuraient dans un espace géographique restreint, ils n’avaient pas d’autre choix que de se marier entre petits cousins plus ou moins lointains. Mais dès qu’ils s’éloignaient, immigraient, ou accueillaient des migrants, le choix de partenaires augmentait. Ils intégraient alors de nouveaux venus génétiques, augmentant le nombre d’ancêtres directs distincts.

Ces nouveaux venus pouvaient provenir de régions extrêmement éloignées, renouvelant le patrimoine génétique.

L’inversion du nombre d’ancêtres directs

La diminution du nombre de nos ancêtres directs à un moment donné de l’histoire ferait ressembler notre arbre généalogique non plus à une pyramide mais à un diamant inversé.

En suivant les mathématiques de la généalogie et la démographie, nous pouvons nous poser la question suivante : quand et comment le nombre de nos ancêtres directs a cessé d’augmenter et a commencé à diminuer, par l’interaction entre l’effet négatif des mariages entre cousins et l’effet positif d’élargir la population d’ancêtres par la migration ou l’immigration ?

Comment ces deux forces opposées ont-elles interagies, et à quel moment de l’histoire l’inévitable diminution du nombre d’ancêtres s’est effectuée, et dans votre famille en particulier ?

L’anthropologiste et professeur Robin Fox de la Rutgers University supputait que 80 % de tous les mariages de tous les temps se sont effectués entre cousins au second degrés ou plus proche. Sans aller jusque là, nous pouvons supposer que les relations cumulées de cousinage entre les mariés aboutit au même résultat.

Brain Pears, généalogiste, argumente qu’en remontant jusque vers 1300 environ, les anglais sont les descendants de tous les personnes vivants dans le pays à cette époque. Seuls les liens de consanguinité permettent d’expliquer ce phénomène.

Combien d’ancêtres directs avons-nous ?

Charlemage, roi des Francs et empereur, eut 5 conjointes officielles. Elles donnèrent naissance à 18 enfants. Il décéda d’une pneumonie en 814.

Alors, qu’en est-il des descendants de Charlemagne et les autres ? J’ai bien peur que nous ne soyons jamais capable de calculer le nombre exact. D’un côté, le nombre pourrait être plus important que ce que vous imaginez, et d’un autre côté, à un moment ou un autre, le nombre de vos ancêtres commencera à diminuer.

Alors, tous les européens sont-ils les descendants de Charlemagne et chaque anglais peut-il être relié à 86 % des personnes vivants dans le pays à l’époque de Guillaume le conquérant ?

Pour 100 % des personnes vivant de nos jours en Europe ou Angleterre, cela apparaît faux. Par exemple, beaucoup d’anglais ou d’européens sont de très récents ou tout du moins de première génération d’immigrants — d’Asie, d’Afrique ou d’ailleurs. De toute manière, la lignée de chacun se sera réduite à un moment donné dans un passé pas si lointain du fait de la consanguinité. Nous sommes dans des probabilités et des moyennes mais en aucun cas avec des certitudes.

De plus, l’Angleterre et tous les autres pays ne sont pas des îles à la Robinson Crusoë. Les gens se sont de tous les temps déplacés à travers le monde. Au moment où cette immigration apparaît dans l’arbre généalogique, le nombre potentiel d’ancêtres différents augmente. Bien que cette immigration ait pu se produire à n’importe quel moment durant les 1204 ans nous séparant de Charlemagne, il semble concevable que la masse de gens vivant en Europe puisse bien se proclamer comme l’ayant pour ancêtre. Malgré tout et en moyenne, nous sommes tous bien plus reliés que nous ne puissions le penser.

Mais examinons le sujet d’un autre point de vue. Si vous êtes un descendant direct de Charlemagne, vous êtes aussi inévitablement un descendant de son jardinier ou de son cuisinier. Peut-être qu’une de nos lignées nous relie directement à Charlemagne, mais 99,9 % de nos autres lignées nous mènent vers un nombre incalculable de simples et pauvres personnes vivant en Europe en l’an 800.

[divider width= »full »]

How many ancestors do you have?, The Wild Peak, 4 mars 2012

[divider align= »center » width= »675px »]

Vous aussi êtes un descendant de Charlemagne ? ou d’un autre personnage célèbre ? Partagez dans les commentaires.

2018-06-10T21:19:16+00:00

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.