23andMe est le seul laboratoire de généalogie génétique à afficher vos ancêtres par origine ethnique sur une échelle chronologique. Dans la guerre commerciale des laboratoires, cette spécificité est appréciable et peut s’avérer très utile pour vos recherches en généalogie génétique. Explication de la méthodologie utilisée.

Le détail des origines ethniques de mes ancêtres sur une échelle chronologique. © Nathalie Jovanovic-Floricourt

Le détail des origines ethniques de mes ancêtres sur une échelle chronologique. © Nathalie Jovanovic-Floricourt

Le contexte chronologique des ancêtres

Chaque variante présente dans le génome d’une personne peut la relier à ses ancêtres.
Souvent, des paires de variantes (génotypes) situées à proximité concernent le même ancêtre. Dans certains cas, l’emplacement géographique ou l’affiliation culturelle de cet ancêtre peut être déduit en comparant ses variantes génétiques aux variantes génétiques d’individus de référence du monde entier.

23andMe possède un système propriétaire pour retrouver les origines génétiques de vos ancêtres. Les informations sur les longueurs des segments chromosomiques d’une ascendance, permet d’identifier un emplacement géographique ou un groupe culturel. Le nombre de segments et leur longueur détermine le nombre de générations depuis l’ancêtre d’origine.

L’Histoire de la population humaine consiste en de nombreuses migrations et mélanges de populations parfois séparées de longue date. Avec les progrès en matériel d’analyse génétique, une amélioration des méthodes statistiques a permis non seulement de déterminer les proportions de mélange de chaque population d’origine mais aussi le calendrier de ces événements de mélange de population.

Ces méthodes de datation des mélanges de populations s’appuient sur les données génétiques :

  • la taille et la distribution du nombres de segments des migrants,
  • le déclin des corrélations entre marqueurs proches,
  • la variance des proportions entre ascendants individus.

La transposition des méthodes de génétique des populations aux individus

23andMe souhaite en apprendre davantage sur l’histoire d’un seul individu à partir de ses données génétiques, en visant le moment où les ancêtres de populations différentes ont commencé à se mélanger. En d’autres termes, il s’agit d’estimer à combien de générations un ancêtre relevait en totalité d’une population en particulier, avant d’autres mélanges de populations différentes. Cette estimation peut être intéressante, soit comme un outil généalogique, en déterminant de quel ancêtre on peut avoir hérité une ascendance en particulier, ou pour reconstituer l’histoire de leurs probables migrations.

23andMe utilise les informations sur la taille et la distribution du nombres de segments des migrants, en les comparant au génome de 31 populations mondiales.

Les défis à relever

En transposant cette estimation de date de mélange à un individu plutôt qu’à une population, les données disponibles fortement restreintes pour générer l’estimation constitue un vrai défi. Comme avec les méthodes précédentes d’estimation, le nombre possible de mélange est infini. Les paramètres incluent d’analyse des populations incluent ces possibilités soit dans l’optique d’une migration en continu soit d’une migration ponctuelle.

Bien que l’ascendance peut être héritée de nombreuses façons, 23andMe a simplifié à l’extrême cette estimation en reliant un ancêtre unique à une ascendance.

L’interprétation des résultats

Dans le cas le plus simple, quand un seul ancêtre étranger se retrouve dans votre généalogie, faisant partie d’une seule population étrangère, la chronologie de 23andMe vous restituera la bonne date. Mais dans la plupart des cas, les individus étrangers présents dans votre généalogie peuvent être issus eux-même de populations mixtes d’origines. La date affichée dépend des segments d’ADN présents dans votre « composition d’ancêtres », et dépend de leur précision et spécificité pour une estimation de date la plus précise.
De plus, plusieurs ancêtres généalogiques peuvent avoir contribué de façon indépendante aux segments utilisés. Si les segments de plusieurs ancêtres différents forment des segments plus longs, une date d’origine plus récente peut être estimée à tort. D’un autre côté, si les segments d’ancêtres plus anciens sont plus courts et moindres, la date d’origine estimée peut être plus lointaine que la réalité.
Une certaine incertitude est inhérente à ces données, ce qui explique la présentation d’estimations de plages de dates plutôt que des dates précises.
Les généticiens des populations ont estimé que l’âge moyen d’une génération était de 30 ans, soit le temps moyen entre la naissance du premier enfant et l’âge du/des parent(s). Cette estimation serait valable y compris pour nos ancêtres d’il y a des milliers d’années.

Mon avis sur la timeline de 23andMe

Ayant effectué l’arbre généalogique du côté de ma mère, je peux attester que cette estimation de date de génération est fausse me concernant. Nous héritons de façon certaine l’ADN des 6 générations nous précédant. Cela correspond donc à 180 ans, soit une date de naissance pour mon ancêtre de la 6e génération de 1808.

Or pour les ancêtres que je connais, leurs dates de naissance s’étalent entre 1749 et 1808.

Globalement, les indications de plages de dates par rapport aux ancêtres que je connais me semblent assez cohérentes à défaut d’être justes. Pour le/les ancêtre(s) les plus récents originaires des Balkans, dans la mesure où mon père était serbe, ne me laisse aucun doute. Cependant, je regrette cette indication peu précise de « Balkans », liée à l’imprécision de la détermination des origines ethniques des laboratoires de généalogie génétique.

Pour l’estimation d’un ancêtre britannique ou irlandais né entre 1820 et 1880 pourrait correspondre à un père naturel inconnu du côté maternel. Cela demeure une supposition, un indice, dans une enquête restant à mener.

Pour l’ancêtre italien, né entre 1730 et 1820, l’estimation de la timeline est fausse.

Mon ancêtre italien se nommait Marco Vidote (1661-1704), à la 11e génération de mes ancêtres. Il se maria avec une française, et eut 3 enfants, nés entre 1690 et 1695. Chacun de ses enfants fait partie de mes ancêtres. Nous sommes donc dans un cas d’implexe où l’ADN de l’Italien se retrouve X3 dans mon ADN, et un nombre de segments d’ADN plus importants. Cependant l’estimation demeure plus récente que la date réelle. Y a-t-il d’autres ancêtres italiens, par exemple du côté de mon père, dont je ne connais rien de la généalogie, où par un parent biologique inconnu, d’un côté comme de l’autre ?

Quoiqu’il en soit, comme souvent, cet outil intéressant de chronologie des ancêtres doit être une indication et non une certitude dans la détermination de vos origines.